" />
26 février 2009

36 - Colibri (Février 2009)

36 - Colibri_Février 2009

Dimension : 406 x 305 mm

A vendre

Il s'envole? ou bien se pose t-il?...
Je vous laisse le soin de répondre à cette question au gré de votre imagination.

Posté par Apiluni à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 février 2009

35 - Coquelicots (Février 2009)

35 - Coquelicots-1

Dimension : 406 x 305 mm

A vendre

Le coquelicot qui symbolise la beauté, est une fleur qui a beaucoup inspiré les peintres impressionnistes ... un style de peinture vers lequel je souhaite évoluer.

Posté par Apiluni à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 février 2009

Petra

18

 

Lorsque je t'ai vu pour la première fois,
je me suis sentie comme envoutée
par le bleu de tes yeux.
Je cherchais n'importe quel prétexte pour être auprès de toi
et me tonifier
dans le lagon de ton regard voluptueux

 

Lorsque tu m'as parlé pour la première fois,
toi, mon tourquennois,
je rêvais secrètement d'une partition
sur laquelle nous serions
tous les deux.
J'aime me laisser emporter
par le son de ta voix
et laisser mon corps vibrer
au rythme de tes mots lumineux.

 

J'ai déjà fait ma vie
J'ai eu tant de pleurs
J'ai déjà fait ma vie
Maintenant mon coeur est ailleurs

 

Le soir de la mi-carême
nous avons décidé ensemble, de fêter la sensualité.
Caressant ton cou, doucement mes mains te disaient
«Je t’Aime »
puis timidement, dans ton coeur, je me suis enivrée.

 

Ce soir là, je ne voyais plus personne autour de moi.
Nous étions là tous les deux, dansant tendrement
Peu à peu, je me suis rapprochée de toi
afin de goûter ton cou, tes joues, tes lèvres délicatement

Puis le jour de la félicité
deuxième signe très fort
dans un endroit feutré, tu m'as emmené
et de tes sens, tu as commencé à sculpter mon corps.

J'ai déjà fait ma vie
J'ai eu tant de pleurs
J'ai déjà fait ma vie
Maintenant mon coeur est ailleurs

Petra, je t'aime avec âme
car dans tes bras, je me sens Femme.

 

[Annie Subra]


Posté par Apiluni à 09:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Adulaire

17

 

Depuis l'année dernière,
nous avons quitté l'âge de pierre.
Depuis l'année dernière,
nous ne laissons pas pierre sur pierre
de cette ancienne ère.

Nous nous sommes armés
de plusieurs pierres à fusil
et dans cette partie d'échec déjà entamée,
nous jetons la pierre à nos ennemis.

Nous faisons une prière en cette nouvelle année,
agenouillés devant cette pierre d'autel,
pour que de nouvelles pierres levées
avec toi, notre pierre précieuse soient levées.

 

[Annie Subra]

Posté par Apiluni à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2009

Antaeus

16

 

 

 

 

Sofa velours, sofa d’amour
Mes lèvres s’évanouissent sous un baiser volé
Rêve d’une douce transparence bleutée d’un jour
D’un cœur maquillé d’un amour oublié

 

Parfum d’essence, couleur mélancolie
S’effeuille mon corps et mes souvenirs
Bercement fatigué, épuisé, d’un espoir vieilli
D’une amitié flétrie pour une soirée de désir

 

Antaeus, enivrée de ton parfum caresse
Je me baigne dans mes larmes asséchées
Et me blottis dans une balade de tendresse
Espoir caché d’un amour rêvé.

 

 

[Annie Subra] 

Posté par Apiluni à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Morpho

15

 

Question, affirmation,
vérification, justification,
heurt, pleur,
torpeur, douleur.

 

Me blottir tendrement dans ton cœur,
caresser doucement tes yeux,
embrasser tes lèvres avec ardeur,
s’aimer longtemps tous les deux.

 

Pourquoi maquiller d’un point d’interrogation,
l’amour d’un jour, l’amour toujours ?
Vivons pleinement le vertige de la passion
et voguons librement sur un clin d’œil d’amour.

 

[Annie Subra]


Posté par Apiluni à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Explose et crie ton nom

14

 

Vaste étendue de sable et de poussière,
terre vieillie, brûlée par le soleil,
tu berces dans tes bras flétris, amers,
l’enfant de la faim et de la mort qui sommeille

 

Te terrant dans l’ombre de ceux qui sont debout,
tu t’évanouis dans la survivance, ton chagrin.
Les bras en croix, tu te traînes à leurs genoux.
Pour seul habit, tu as une race qui s’éteint.

 

Seul, isolé dans le puits de la dépendance,
tu joues avec le feu et te crois magicien.
levant tes prunelles noires en grimace d’espérance,
tu attends cette larme pour arroser la fleur de ta faim.

 

Petit prince, ne rampe plus la tête penchée
ne rêve plus derrière les barreaux de ta prison.
Le soleil ne doit plus reprendre ce que la pluie à donné,
aussi Tiers-Monde : « Explose et crie ton nom ! ».

 

[Annie Subra]

 

 

Posté par Apiluni à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Balade sur un songe

13

 

Blottie dans les bras de ma souffrance
je me rappelle ce champ douillet
où sous la flamme ardente de l'expérience
nos deux corps se modelaient et s'aimaient

 

Solitude, ma compagne tristesse
je rêve sous le souffle de ma peine
de ces monts parfumés de tendresse
où tu me disais que je serais tienne

 

Vole mon coeur
pour revoir le jour
vole mon coeur
de ce champ de la mort

 

Vole mon coeur
et t'ouvrir à l'amour
Vole mon coeur
sous une flamme encore

 

Fleur du chagrin, pleure ma passion
sous la couette fleurie qui gémit
de tes mains câlines comme un frisson
je ressens la première feuille qui jaunit

 

S'effeuille le violon qui me tourmente
espoir d'un clin d'oeil de bonheur
d'une caresse mes larmes te chantent
j'aimerais t'aimer au galop pour chevaucher ton coeur.

 

[Annie Subra]

Posté par Apiluni à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Madame

12

 

Vous êtes l'onde tumultueuse
des mers les plus agitées mais
la grâce qui émane de votre
personne vous rend plus belle
qu'une Joconde marine qui viendrait
éroder le coeur de celui
qui ne vit que pour vous et qui
ne sait retenir le flot de
tendresse que vous représentez.

 

Puissent ces quelques mots vous aider
à comprendre ce rocher
qui ne vit que dans l'attente de la marée.

 

[Annie Subra]

 

Posté par Apiluni à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Sollicitude

11

 

D'un crépuscule romantique
elle rêve du pinceau, de la fumée, de l'essence
qui tour à tour, d'un flamboiement mystique
dessinaient les braises de l'expérience

 

Où reposant dans la toile attiédie
deux corps, d'aise s'étirent et se retrouvent
délivrés de l'ombre, d'amour, ils chantent
sous la couette fleurie

 

D'une matinée de l'exil
elle rêve de Paris, des larmes, de l'éponge
qui tour à tour, d'un souffle fragile
nettoyaient le livre du mensonge

 

Où apparemment lointains, mais pourtant réunis
deux corps se parlent et s'écoutent
préoccupés de vivre leur vie
dans les fils électriques ils s'effacent

 

D'une soirée câline
elle rêve du silence, de l'amour, de l'amitié
qui tour à tour, sans futur ni passé
réanimeront les braises en cascades cristallines

 

Où clairvoyante et lucide pour le possible
un corps accepte et oublie
l'esprit en chemin dans un livre choisi
de goûter la présence amoureuse ou amicale
d'un être qui lui fit découvrir la maturité.

 

[Annie Subra].

 

Posté par Apiluni à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :